Dépression... des pressions

En France l'aide du "psy" est souvent sollicitée pour un trouble dit  "dépression". Il touche des  hommes aussi bien que des femmes, qui nomment ainsi leur malaise. 

Quels sont les signes d'une dépression ?

La boule au ventre, le vertige, la fatigue, les larmes, l'agitation, l'insomnie, sont l'expression physique d'une difficulté à être avec soi et avec les autres.

Stress, anxiété, angoisse, dépression, plusieurs mots sont devenus communs pour dire un mal-être qui peut-être ou devenir récurrent. Se prendre en charge en demandant de l'aide semble parfois hors de portée. Le psy est là pour vous entendre.

La psychanalyste à Pertuis et Lourmarin, ouvre sa porte sur un lieu où les mots viennent libérer les images d'un réel plus ou moins facile.
 

L'origine du mot : dépression

Dans la nature, en météorologie, le mot "dépression" définit une zone de basse pression où l'on rencontre des précipitations, des vents forts voire des tempêtes. Dans notre corps il s'agit aussi d'un déséquilibre en lien avec l'environnement extérieur, la famille, le travail, le conjoint, les enfants,... Les tempêtes de l'actualité médiatisée ajoutent au "dé-espoir" et au repli sur soi.

Envahi par une grande tristesse, une absence de désir et de plaisir, on se cache, sans énergie, la volonté en berne, parfois pris par des pensées morbides, jour et nuit.

Il est temps de saisir l'aide d'un proche, puis d'un professionnel, pour ne pas s'épuiser et s'enfoncer dans une "maladie" récurrente.

Le soulagement commence par la description de cet état par des mots. Ensemble, patient et psychanalyste, vont distinguer cette dépression là, du stress, de l'anxiété, ou de l'angoisse. Avec le récit de son mal-être, et l'écoute du psychanalyste, on déterre des racines souvent enchevêtrées, pour mieux les démêler.

Des fenêtres s'ouvrent pour éclairer la situation.

Ce "dénouement", un noeud qui se défait, favorise la levée de la culpabilité et la reprise d'activité. L'amélioration progressive, souvent, évite le recours aux médicaments. On pourra poursuivre les séances, pour panser/penser son mal jusqu'à la cicatrisation complète. Et laisser passer cette dépression, dont les nuages, parfois très sombres, se dissiperont en  points de repères sur sa "météo" intérieure et ses limites.

Alors un ciel dégagé, invitera à l'action, au mouvement et à la création d'une nouvelle étape de son histoire.